Pour un manifeste du parti communiste du XXIème siècle

Base commune pour le 38eme congrès du PCF

Accueil > Actualités > Soutenez le manifeste !

Soutenez le manifeste !

mardi 26 juin 2018, par Collectif

Pour un manifeste du parti communiste du XXIème siècle
Version déposée le 6 juillet au siège du PCF avec 805 signatures attestées (sur 1287 soutiens enregistrés), dont 350 ont été prises en compte par la commission et 300 seront publiées dans le dossier du congrès

Le texte issu du Conseil National n’a été voté que par 49 de ses membres sur 91 votants et 168 membres. L’unité des communistes exige un texte beaucoup plus audacieux, cohérent et clair, pour un congrès vraiment extraordinaire. C’est pourquoi nous proposons une autre base commune de discussion, qui pour rassembler, propose des réponses pour un véritable débat sur les questions de fond (bilan, orientation nouvelle, changement de direction) très mal traitées dans le texte proposé par la direction. Après le vote des 4 au 6 octobre, ce texte de base commune, s’il est adopté, sera amendé jusqu’au Congrès.


si vous avez des difficultés à valider le formulaire, envoyez vos informations à contact@manifestecommuniste2018.fr


La version définitive a été déposée le 6 juillet, le soutien se poursuit dans la vie du parti et sur ce site, mais il n’est plus nécessaire de rechercher et fournir les attestations officielles.

Pétition

Formulaire de signature de la base commune "Pour un manifeste du parti communiste du 21ème siècle".

Identifiants personnels
Lien hypertexte :

Un message, un commentaire ?

Signatures

1386 Signatures
Date Nom Message
1er juillet 2018 Sans titre
1er juillet 2018 Sans titre
1er juillet 2018 Sans titre
1er juillet 2018 Sans titre
1er juillet 2018 Sans titre
1er juillet 2018 Sans titre
1er juillet 2018 Sans titre
1er juillet 2018 Sans titre
1er juillet 2018 Sans titre
1er juillet 2018 Sans titre
1er juillet 2018 Sans titre
1er juillet 2018 Sans titre
1er juillet 2018 Sans titre
1er juillet 2018 Sans titre
1er juillet 2018 Sans titre
1er juillet 2018 Sans titre
1er juillet 2018 Sans titre
1er juillet 2018 Sans titre opinion d'une camarade hongroise sur le manifeste communiste du XXI e siècle (partie internationale) actuellement pour le monde du travail, c’est aprés la précarité le fait "migration” quipose le plus de questions et qui a des repercussions politique les plus menaçantes. Alors, que c’est un probléme ancien puisque déjá dans les années 1960, on faisait venir destravailleurs en masse. Pourtant cette exigence du capital crée des problémes aussi bien dans les pays d’accueil que dans ceux de départ. Pour les pays de départ, c’est le signe d'un manque d’industrialisation et un manque d’emplois sur place. Pour les travailleurs les plus qualifiés (medecins, ingénieurs, soigants)leur exode contribue au sous-developpement chronique de leur pays d'origine. Tandis que pour les pays d’accueil l’arrivée des travailleurs en masse fait pression sur les salaires et elle empéche de sortir de la phase extensive du développement. Pourtant, il est temps que l’on réfléchisse á la rémuneration, aux horaires et autres conditions du travail des tâches indispensables mais non-voulues sur une base volontaire et libre. La valorisation/dévalorisation, le partage de ces tâches pénibles, difficiles, monotones et insalubres devient une question pour notre futur, car elle se repose á la génération qui veut á son tour acceder aux emplois valorisants. il est évident que les migrants sont malheureux, surexploités, subissant un choc culturel, alors même que dans les pays d’accueil on ne resoud pas le probléme mais on le reporte sur les plus faibles. Il ne faut pas se placer au seul niveau immédiat, mais aller au fond du probléme du travail contraint. On ne doit pas imposer aux gens de travailler à 1000 km de lá où il sont nés. C’est un probléme que les pays de l’Est ont vécu douloureusement ces dernières années, alors qu’ils ont perdu au moins 10% de leur population, allant jusqu’á 35% pour l’Albanie, par rapport á 1989. C’est surtout des jeunes qui partent, c’est un véritable dépeuplement auquel nous assistons dans la partie orientale de l’Union Européenne. Le départ concerne des médecins, des ingenieurs, des informaticens, et aussi des villages entiers dans certaines régions. Donc votre analyse internationale ne prend pas assez en compte ce probléme á l’interieur de l’Europe. En outre, je trouve que cette base internationale, très interessante parce qu’elle permet enfin le dialoque, souffre d’un autre manque concernanr la question de la propriété des moyens de production. Nos pays sont industriellement affaibli depuis le changement de régime, alors nos États ont été rendus impuissants, ils sont maintenant á la merci des grands monopoles étrangers. La reponse á cettedépendance ne peut être autre que la propriété collective des moyens de production, ce qui permettra de prendre en compte l’interet de la majorité de ces populations désormais exsangues. Il faut se rendre compte qu’actuellement la corruption de ces États est une nécessité pour desmonopoles, y compris quand les dirigeants affirment un nationalisme caricatural comme Orbán. Ces dirigeants soit disant critiques sont en fait des créatures du capitalisme occidental qui les maintient au pouvoir. Des phénoménes que l’on croyait réservés á l’Afrique et aux tiers monde colonisé, sont desormais, avec la fin de l’époque socialiste, á l’oeuvre en Europe même et sont à la base de la violence de l'extrême-droite comme des dangers de guerre. Judit Morva
1er juillet 2018 Sans titre
1er juillet 2018 Sans titre

0 | ... | 1160 | 1180 | 1200 | 1220 | 1240 | 1260 | 1280 | 1300 | 1320 | ... | 1380

Messages

  • Bonsoir,

    De plus en plus de textes apparaissent alors que la plupart des camarades n’ont pas lu la base commune. Avant de signer un texte alternatif ou une base commune alternative, j’ai besoin de plus d’informations. Or, ces informations apparaissent sur FB alors que le site dédié au Congrès ne recense que de façon très partielle ce qui se diffuse. Bref, on communique n’importe comment. Avec mes camarades sur le marché samedi, les discussions allaient bon train. Sauf que la confusion s’invite aussi. Voici ma question : "Pour un manifeste du PCF du XXIe siècle" est-il le texte soutenu par André Chassaigne ? Certains camarades disent que c’est le cas, d’autres non (et je ne retrouve pas sa signature dans le document). Par ailleurs, les conditions pour la prise en compte d’une signature et pour que le texte soit soumis au vote ne sont pas lisibles. C’est la croix et la bannière pour accéder aux statuts du Parti, surtout quand on est adhérent depuis moins de 2 ans, ce qui est mon cas.

    Merci pour vos réponses.

    Fraternellement

  • Cher camarade, André Chassaigne est bien l’un des premiers signataires de la proposition de base commune "Pour un manifeste du Parti communiste du XXe siècle". Pour manifester son soutien au texte, il faut établir deux attestations et les faire parvenir à cette adresse selon la procédure décrite ici

    Les deux attestations peuvent également être adressées
    - par courrier à Gisèle Cailloux 17 allée Willam Penn 92150 Suresnes
    - Par mail les documents scannés : gisele.cailloux@wanadoo.fr et gcailloux@pcf.fr (merci de doubler par précaution)
    - Une photo, par smarphone, des documents remplis au 06 84 43 59 53
    Bien fraternellement, Denis Durand

    Voir en ligne : Procédure à suivre pour soutenir la proposition de base commune

  • Attention présence de doublons Yannik et Nadine Poulain par exemple

  • A titre personnel je ne me soumets pas, au qui à signé, qui n’a pas signé. Je prends en compte le texte pour ce qu’il est, rien de moins, rien de plus. Ce texte nous permet-il de sortir par le haut ? Je le pense. De plus c’est la démarche qui m’importe le plus. Nous nous interdisons réciproquement de trancher un débat qu’il appartient à Tous les adhérents de trancher. Je pense en particulier à la question européennes qui fait clivage, sur laquelle à aucun moment les communistes ont été associés, inviter à débattre. Ce texte à pour but de rassembler et cela c’est déjà bien. Cela d’autant plus que les autres textes volontairement ou non nous enfoncent dans les clivages, en se refusant de fait à envisager l’indispensable rassemblement

  • le texte initial issu du conseil national semble vouloir verrouiller le débat et supprimer des thèmes qui me semblent essentiels pour avancer comme par exemple le bilan de ces dernières années. les fameuses "fenêtres" ne sont pas l’expression d’un véritable débat démocratique. Bien au contraire c’est une manière de mettre à l’index certaines questions. Le texte du manifeste ne me satisfait pas à 100 %, mais je m’y retrouve plus que dans celui du conseil national. En tous cas pour ma part je signe des deux mains le "manifeste".

  • Une histoire de train : Le PCF est ou devrait être un train en route pour une société se débarrassant de l’exploitation de l’homme par l’homme, une société allant vers ce qu’il faut bien appeler le socialisme. Cette direction n’a rien d’un long fleuve tranquille. Dans ce train certains montent, d’autres descendent, l’essentiel étant que le train affiche complet à l’arrivée. Ce train, qui affiche « pour un manifeste du parti communiste du xxième siècle » n’est certes pas parfait. Mais faut-il rechigner pour autant à monter dans ce train ? Surtout qu’il est peut-être le dernier, le train du chant du cygne. Rester sur le quai n’est-ce pas in-fine faire chorus avec ceux qui veulent ranger la locomotive au musée des espoirs perdus, des espérances trahies ? Pendant que d’autres encore choisissent le butoir. Certes camarades la fenêtre de tir est étroite, hasardeuse et incertaine. Mais ne pas prendre des chemins risqués, n’est-ce pas en fait se refuser à prendre un quelconque chemin.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?