Tribune signé par des secrétaires de Haute Garonne et publié dans leur journal fédéral

mercredi 26 septembre

« Pour un manifeste du Parti communiste du 21ème siècle » :
la base commune de rassemblement des communistes

Après avoir attentivement lu les différents textes, discuté avec de nombreux communistes et surtout ressenti à la fête de l’Humanité cet immense besoin d’un apport idéologique, d’une affirmation de notre parti dans les luttes, de la construction de rassemblements et de l’action pour le changement, nous voterons « Pour un Manifeste du Parti Communiste du 21ème siècle » comme base commune de discussion pour la préparation du prochain congrès.

Deux convictions déterminent ce choix.

La première est que nous ne pouvons continuer dans l’effacement qui fut le nôtre ces dernières années. Nous avons intériorisé notre faiblesse, les revers du mouvement de transformation sociale au niveau mondial et national comme une contrainte quasi insurmontable. Cela nous a conduits à rechercher des tactiques de survie plutôt qu’une stratégie de contre-offensive.
Certes, nous avons eu des intuitions fortes. Les fronts de luttes puis le Front de gauche pouvaient constituer des éléments d’une construction stratégique ambitieuse. Mais nous avons trop souvent considéré que le rassemblement ne pouvait se réaliser et durer qu’à la condition d’un effacement progressif de notre parti, de son apport spécifique, tant dans les contenus que dans ses pratiques militantes. Cette conception nous a peu à peu privé de visibilité nationale et a appauvri les contenus du rassemblement, au point de les réduire à de simples tactiques électorales.
Certes des collectifs, des intellectuels, des militants, des élus travaillent, produisent des analyses, des propositions en prise avec les mutations de notre temps mais nous n’en faisons pas le bien commun de notre parti, nous n’engageons pas dans la durée de véritables batailles idéologiques, politiques à partir de ce qui pourtant, en convergence, surgit dans la société et le mouvement social.

La deuxième c’est qu’il nous faut rassembler les communistes sur un projet de transformation, une stratégie et des pratiques qui permettent une réaffirmation de notre ambition : contribuer réellement et efficacement aux combats antilibéraux et à la montée d’exigences de transformations progressistes dans notre pays, l’Europe et le monde. Notre apport est nécessaire à cet immense défi, un apport décomplexé, offensif sur les contenus et sur les types de rassemblements à promouvoir.

La base commune proposée par une partie du Conseil National ne nous paraît pas de nature à permettre ce débat. Elle a une trop grande filiation de pensée avec ce que notre direction a conduit ces dernières années, sans véritable travail critique. Les « fenêtres » auraient pu permettre un débat plus large, mais leur statut et leur contenu simplement descriptif les réduit à un témoignage de bonne volonté.

Le texte « Pour un Manifeste du Parti communiste du 21ème siècle » même s’il doit être profondément travaillé, amendé voire complété sur certains domaines, permet de cerner les grands enjeux qui sont devant nous. Il structure notre pensée autour de grandes propositions à confronter dans la société, d’une stratégie qui allie visibilité de notre parti et construction de rassemblements à partir de mise en commun de projets et de confrontations utiles à l’action sociale et politique des progressistes.

Nous souhaitons que l’étape qui nous conduit maintenant jusqu’au congrès permette un réel débat et une élaboration commune. Ce texte nous paraît être celui qui permet le rassemblement nécessaire d’une très large majorité de communistes, quel que soit le point de départ de leur réflexion.
C’est pour nous un vote de rassemblement des communistes car nous avons la conviction que l’élaboration commune doit se faire en partant de propositions claires et clairement exprimées.

Charles Marziani, Corinne Marquerie, Frédéric Mouchanat, Mireille Chauchet, Luc Ripoll, Jean-Marc Bares-Crescence, Jean-Bernard Moll, Edouard Montenegro, Ignacio Lacambra, Monique Marconis, Xavier Lambert, Théo Aubin, Philippe Fleury, Emile Ochando, Martine Versevy, Amandine Lampin, Daniel Fourmy (Secrétaires de sections) Dominique Satgé, Pierre Lacaze (Membre du C.N)

Tribune publiée dans le journal Fédéral de Haute-Garonne et signée par 17 secrétaires de section sur 25.

Documents joints