Contribution de Cédric Valero

Membre du Conseil Départemental du Gard (30), Secrétaire de Section Adjoint au Maire de Saint-Martin-de-Valgalgues (30520)

lundi 1er octobre

Cher(e)s Camarades,

Depuis que l’organisation d’un Congrès extraordinaire a été décidée, je crois que les Communistes ont fait leur maximum pour y parvenir.
Les sections et les fédérations ont multiplié les discussions et les débats sur des thématiques.
Ceci étant, le calendrier du Congrès est très long, rendant l’implication des camarades très compliquée tant que les textes n’étaient pas reçus.

Paradoxalement, le temps de débat est extrêmement court entre le moment où nous avons reçu les textes et l’organisation du vote pour choisir notre base commune de discussion.

En effet, nous avons reçu le livret du Congrès vers le 20 août et, entre la rentrée et la fête de l’Humanité, peu de réunions peuvent réellement être organisées pour discuter des 4 textes qui nous sont proposés.

C’est problématique pour un Congrès que l’on veut extraordinaire, surtout au regard du contexte où des discussions très contradictoires remontent au choix de notre candidat à l’élection présidentielle.

En effet, je rappelle que notre secrétaire national Pierre Laurent avait appelé à soutenir Mélenchon, avant d’être mis en minorité par le Conseil National, avant le choix final mais in-extrémis des communistes de soutenir Mélenchon.

Et cela se ressent dans l’organisation de notre Congrès et a pris une tournure particulière lors du vote du texte du Conseil National. En effet, sans faire de plan sur la comète quant aux discussions puisque je n’y étais pas, le résultat est que sur 168 membres, seulement 91 étaient présents au vote, et seulement 49 ont voté pour le texte. Cela veut tout de même dire que près de la moitié des membres n’ont pas pris part au vote, que le texte a été adopté par 53 % des votants, représentant donc seulement 29 % des membres du Conseil National.

Les absents ayant toujours tord, pour ma part, je ne conteste pas la légitimité du texte du Conseil National, mais force est de constater qu’il n’est pas représentatif.

Pour appuyer ce constat, et pour mémoire, lors de notre dernier congrès, en 2016, le texte du Conseil National était scindé en 3 parties qui avaient été respectivement votées à 90, 81 et 88 % … pour être finalement adoptées par les Communistes avec une très courte majorité de 51 %, ce qui avait déjà représenté la plus faible approbation d’un texte avec une chute de 28 % par rapport à l’avant dernier congrès. Cela montre qu’il existe un divorce entre la direction et les militants de base.

Tout cela, je ne l’ai pas du tout entendu dans les réunions, mais je crois qu’il ne faut pas cacher cette vérité aux camarades, car il faut être conscient de l’état de notre parti si nous voulons le renforcer.

Statutairement, les 4 textes qui nous sont présentés sont légitimes, et chacun d’entre eux peut devenir notre base commune de discussion qui sera ensuite amendée, ce seront aux Communistes de choisir.

Quand j’ai pris connaissance du texte 1 présenté par le Conseil National, j’ai immédiatement pris la mesure du problème. Le Conseil National n’a pas réussi à se mettre d’accord sur une orientation, et nous propose donc une série de thèses plutôt consensuelles, pour la plupart, aux yeux des Communistes.

Mais ce texte ne pose ni le bilan, ni la stratégie, ni la question de la direction, disant vouloir laisser les discussions ouvertes.
Mais quelle garantie avons-nous de ce qui sera réellement écrit dans ces 3 fenêtres à la fin du Congrès ?
L’orientation finale enverra-t-elle le parti dans un effacement au sein de la France Insoumise ?
Ou bien, la réaffirmation de l’utilité du parti et de son renforcement seront-elles prises en compte ?
Ou alors, comme ce fut le cas lors de l’adoption de ce texte, le Conseil National ne se mettra pas d’accord ?
Ou encore le Conseil National laissera-t-il volontairement les fenêtres ouvertes ?

Nous ne pouvons pas prendre ce genre de risques.
Le texte 1 présenté par le Conseil National est en réalité une excellente introduction, mais pas un texte d’orientation du parti.
Le Conseil National, avec ce texte, espère sans doute contenter toutes les tendances du parti, mais à ce jeu, nous risquons de nous retrouver dans la même situation que le Parti Socialiste qui, lui, n’a jamais réussi à trancher, et nous risquons, comme lui, d’exploser rapidement.

C’est pourquoi, sur ce constat, je pense que les Communistes doivent confronter fraternellement leurs visions, et débattre sereinement, mais surtout choisir une orientation claire.

Pour que ce congrès soit vraiment extraordinaire, il ne nous reste plus qu’une seule solution, adopter l’un des textes alternatifs car il est temps de trancher entre les 2 tendances principales au sein du parti :

=> Soit se fondre dans la France Insoumise, ce qui est proposé dans le texte 2 ;

=> Soit réaffirmer l’importance du Parti Communiste Français en tant qu’outil et force de propositions.

Face à ce choix, personnellement, j’ai choisi le 3ème texte « Pour un Manifeste du Parti Communiste du XXIème Siècle ».

Je n’ai pas fait ce choix par repli identitaire comme on le ressent au travers du texte 4 que je n’évoquerai même pas.

J’ai choisi de voter et de soutenir le Manifeste après m’être posé les questions suivantes et que tous les Communistes se posent :

=> En tant que Révolutionnaire, comment peser sur les futurs rassemblements nécessaires ?

=> En tant qu’acteur progressiste, comment reconquérir de l’électorat pour arriver aux responsabilités électives à tous les échelons ?

=> En tant que Communiste, est-ce que notre idéal et notre projet de société auront une meilleure visibilité noyés dans la France Insoumise, ou en conservant un parti autonome ?

Après énormément de réflexion, j’en ai conclu que, pour peser dans un rassemblement, dans les postes à responsabilité élective, et que l’idéal Communiste soit défendu, la seule possibilité est non seulement de préserver notre outil PCF, mais aussi de reconquérir, dans les luttes comme dans les élections, la bataille idéologique qui est, pour le moment, confisquée par les populistes de tous horizons.

Si le Manifeste, comme je le souhaite, est choisi par les Communistes comme leur base commune de discussion, il faudra bien évidemment l’amender, comme toutes les bases communes précédentes.

Si le Manifeste tranche clairement l’orientation, et c’est ce que doit faire un texte de Congrès, il sera également aisé de le compléter par des propositions du texte 1, notamment au niveau des thèses sur le capitalisme ou la proposition de plateforme numérique pour mettre en œuvre un réseau Communiste, mais aussi par des propositions du texte 2, principalement pour son bloc sur l’écologie mais aussi sur celui du travail et la notion de salaire à vie.

Je crois que les Communistes sont conscients qu’aucun texte n’est parfait, chacune et chacun d’entre nous apportera sa pierre à l’amélioration du projet Communiste, mais pour l’heure, nous devons d’abord et avant tout choisir l’orientation du parti.
C’est pourquoi je soutiens et j’appelle à voter pour le 3ème texte « Pour un Manifeste du Parti Communiste du XXIème Siècle ».

Salutations les plus fraternelles.

Documents joints